Votre anesthésie

Pratiquement toutes les interventions de chirurgie orthopédique nécessitent une certaine forme d’anesthésie. L’anesthésiste est chargé de veiller à votre bien-être global, ce qu’il fait entre autres en évaluant votre santé avant la chirurgie pendant la consultation de préanesthésie, et en surveillant de près vos signes vitaux pendant l’anesthésie de l’acte chirurgical,  et le réveil en salle de surveillance de soins post interventionnels (SSPI).

C’est pourquoi l’anesthésiste doit connaître votre état de santé global et vos antécédents médicaux, dites la vérité et répondez bien aux questions en fournissant tous les détails, au besoin faites vous aider par votre médecin traitant en remplissant le questionnaire de préanesthésie que vous remet le chirurgien orthopédiste lors de sa consultation et lorsque vous êtes décidé de vous faire opérer.

Il existe trois types d’anesthésie : locorégionale, générale ou une combinaison des deux.

L’anesthésie locorégionale engourdit seulement la zone du corps qui doit être opérée. Le reste de votre corps est sensible à ce qui se passe. Les type d’anesthésie les plus courants sont l’anesthésie rachidienne ou épidurale, les anesthésie des membres supérieurs ou inférieurs.

L’anesthésie générale engourdit tout l’organisme, y compris le cerveau, pour que vous ne sentiez rien et que vous soyez inconscient pendant la chirurgie.

Une combinaison d’anesthésie locorégionale et générale engourdit la zone à opérer tout en vous aidant à vous détendre et à être moins conscient de la chirurgie (faible dose d’anesthésique général ou sédation). Les effets de l’anesthésie locorégionale peuvent persister plusieurs jours après l’opération afin de calmer de manière presque parfaite la douleur post opératoire surtout si l’opération nécessite une rééducation précoce, tout en minimisant les doses des autres médicaments de la douleur comme la morphine, qui sont connus pour être efficaces, mais avec des effets secondaires, parfois pénibles, comme les vomissements ou les vertiges.

Le type d’anesthésie que vous recevrez dépendra du type de chirurgie orthopédique et de votre santé globale. Discutez-en avec l’orthopédiste et l’anesthésiste qui évaluera lors de la consultation de préanesthésie, celle qui vous convient le mieux physiquement et psychologiquement. Le choix de celle-ci n’est pas définitif et peut être modifié lors de la visite de préanesthésie qui précède l’acte opératoire. L’anesthésiste sera heureux de répondre à vos questions et de discuter de toute préoccupation ou crainte que vous pouvez avoir. Il peut être utile de dresser la liste des questions que l’on souhaite poser à son orthopédiste ou à l’anesthésiste

L’anesthésie locorégionale consiste à injecter des anesthésiques locaux au voisinage d’un nerf ou de la moelle épinière, afin d’insensibiliser une région donnée de l’organisme. L’état de conscience du patient est conservé. L’anesthésie locorégionale se pratique à tous les niveaux du système nerveux en fonction de la région à anesthésier. Les techniques d’anesthésie médullaire (anesthésie péridurale et rachianesthésie) sont ainsi utilisées pour la région inférieure du corps. Pour l’anesthésie d’un membre, le bras en particulier, on a recours à l’anesthésie des plexus. L’anesthésie tronculaire et l’anesthésie locale intraveineuse permettent d’anesthésier des régions précises du corps .L’anesthésiste peut laisser de manière indolore un minuscule catheter de plastique relié à une pompe afin de délivrer en continu du produit anesthésiant pour conserver les effets de l’anesthésie tant que c’est nécessaire ; soit trois à quatre jours.

Après l’anesthésie, l’anesthésiste se rendra avec vous dans la salle de réveil, où des infirmières spécialisées prendront la relève. Vous éprouverez probablement un certain malaise ou de la douleur une fois dans la salle de réveil. Faites-le savoir à l’infirmière pour que l’on puisse faire tout ce qui est possible pour vous aider à être à l’aise. Pour vous aider à respirer, on vous donnera un masque à oxygène en plastique transparent. Après une anesthésie générale, il est possible que vous vous sentiez endormi ou confus. Après une anesthésie locorégionale, vous n’aurez pas de douleur ni de nausées et vous serez lucide. La plupart des patients restent environ une heure dans la salle de réveil puis remonte en chambre, et bien souvent peuvent s’alimenter et boire quelques heures après.

Référence bibliographique :
http://www.larousse.fr/encyclopedie/medical/anesthésie_locorégionale/11151
forum.doctissimo.fr

Retour en haut de page

Article mis à jour le 21 octobre 2011