Anesthesie et analgesie post operatoire

Plusieurs techniques anesthésiques peuvent être proposées pour une même chirurgie. Cela va de l’anesthésie générale intraveineuse à l’anesthésie locorégionale axiale (rachianesthésie ou péridurale) ou périphérique lorsqu’il s’agit d’anesthésier uniquement le membre à opérer.

Lors de votre consultation préalable à l’anesthésie, le médecin vous informera des avantages et des risques de chaque technique. Il décidera avec vous de l’indication la mieux adaptée à votre situation clinique.

L’intensité de la douleur post-opératoire varie selon les types de chirurgie. Il existe aussi une variabilité interindividuelle.

Dès la fin de votre intervention, cette douleur va être réduite rapidement et efficacement par les différents moyens médicamenteux à notre disposition. Par la suite, on pourra vous attribuer une pompe à morphine avec laquelle vous pourrez contrôler par vous-même votre analgésie.

Une infiltration articulaire d’anesthésique local offre une analgésie prolongée (jusqu’à 24 heures) après chirurgie arthroscopique. De même une infiltration de la zone opératoire permet de réduire considérablement la douleur au repos et à la mobilisation après chirurgie rachidienne.

L’administration continue des anesthésiques locaux au contact du plexus nerveux au moyen d’un cathéter permet une analgésie de longue durée (plusieurs jours) dans le cas de chirurgie périphérique douloureuse.

Notre objectif est de vous assurer des suites opératoires confortables permettant ainsi une réhabilitation précoce et intensive.

Retour en haut de page

Article mis à jour le 21 octobre 2011