Orteils en griffe ou en marteau

De quoi s’agit-il ?

L’orteil en griffe est une contracture – ou flexion – d’une ou deux articulations des orteils. Cette flexion anormale atteint le plus souvent les 2ème et 3ème orteils. Elle s’associe souvent à l’hallux valgus.

Les conséquences

Cette déformation entraine une douleur et/ou une irritation de l’orteil lors du port des chaussures, et l’apparition de cors ou durillons (épaississement de peau) sur le dessus, à l’extrémité de l’orteil, ou entre deux orteils (œil de perdrix). Ces cors sont causés par le frottement contre la chaussure. (photo chaussure et griffe)
L’évolution se fait vers une déformation fixée qui ne disparaîtra plus.
Le risque avec le temps est l’infection du durillon soit parce qu’il a été manipulé, soit en raison du frottement dans la chaussure.
Cette infection du durillon fait courir le risque de diffusion à l’os (ostéite) et à l’articulation sous-jacente (arthrite).

Pourquoi un orteil en griffe ?

La cause des orteils en griffe est un déséquilibre musculaire et/ou tendineux. C’est ce déséquilibre, qui conduit à la flexion de l’orteil. Il provient de modifications mécaniques en rapport avec certaines architectures du pied.
Dans l’Hallux Valgus, le premier orteil se dévie vers les autres orteils qui se recroquevillent. Par ailleurs l’hallux valgus entraine un défaut d’appui sous le premier orteil, donc une surcharge sur les orteils latéraux, à commencer par le 2ème. A la longue, cet hyper-appui génère des douleurs sous le 2ème rayon (métatarsalgies), puis une griffe.

L’avant pied rond se caractérise par un excès de longueur des métatarsiens moyens (2ème, 3ème et 4ème métatarsiens) produisant les mêmes effets que la faillite de l’appui sous la première tête dans le cadre de l’hallux valgus.
Dans le pied grec, le deuxième orteil est plus long que tous les autres, il rentre en conflit avec la chaussure et se fléchit pour se raccourcir.
Dans le pied creux, lorsque le coup de pied est très cambré, l’appui sur la plante se fait sur une surface limitée, les orteils se recroquevillent pour participer à l’appui. L’origine du pied creux est parfois neurologique et s’accompagne d’une hypertonie des tendons extenseurs.

Le traitement

Un certain nombre de mesures non chirurgicales peuvent être entreprises telles que l’ablation des cors et des durillons, la protection des callosités, le changement de chaussures, les semelles orthopédiques. Ces traitements permettent de soulager transitoirement mais ne peuvent pas traiter les anomalies du pied qui sont la cause des orteils en griffe.
Les solutions chirurgicales:

1 - La technique la plus ancienne consiste à réaliser une arthroplastie par résection de l’articulation inter-phalangienne de l’orteil. Une néo articulation est ainsi créée, corrigeant la griffe tout en conservant quelque mobilité. Un transfert tendineux (tendon fléchisseur) peut y être associé pour mieux contrôler la correction de la griffe.

2 - Dans certains cas le blocage de l’articulation inter-phalangienne peut être nécessaire (arthrodèse). Elle peut nécessiter l’utilisation d’un petit implant de fixation ou une broche temporaire.

3 - Enfin, il pourra être nécessaire d’intervenir sur le métatarsien lui-même, une ostéotomie de la tête du métatarsien permettra le recul de l’orteil, autorisant la correction de la griffe si celle-ci est réductible.
Depuis quelques années, la chirurgie per-cutanée permet de sectionner à travers la peau, capsule, tendons, et de réaliser des ostéotomies (section de l’os) pour réduire les déformations. Cette technique est très utile, donnant des suites opératoires plus simples pour le patient.
Toutes ces interventions peuvent se réaliser en ambulatoire avec une anesthésie locale ou loco-régionale.

Les suites

Des strappings peuvent maintenir les petits orteils en bonne position. Les parties molles ont été libérées, il faut guider leur cicatrisation et empêcher qu’elles se rétractent à nouveau. La marche est autorisée d’emblée avec des chaussures adaptées. Selon l’intervention la récupération est variable, mais la cicatrisation demande un minimum de 21 jours.

Retour en haut de page

Article mis à jour le 21 octobre 2011